L’organisation du CFP, nouvelles modalités en seconde année

Dans le cadre du partenariat entre le CFP Neher du Campus FSJU et la Sorbonne Paris IV, nos étudiants de première et seconde année étaient conviés à la réunion d’information, dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne pour les M1 et dans les locaux de Batignolles pour les M2.

Le Recteur de l’Académie de Paris, Monsieur François Weil a insisté sur l’importance du vivre ensemble. Il a rappelé aux futurs enseignants que leur métier serait une continuelle formation pour transmettre.

Une des nouveautés cette année, était le Livret scolaire unique numérique, LSUN, que certains de nos établissements ont déjà mis en place.

La première année de formation prépare principalement au concours du CRPE et au Master 1 MEEF (Métiers de l’Education de l’Enseignement et de la Formation). L’épreuve écrite du concours se passe en avril et les oraux fin mai-début juin.

La doyenne des Inspecteurs du second degré, Madame Elisabeth Chaniaud a développé le programme de  la seconde année qui se résume en une alternance, entre un mi-temps en établissement et un mi-temps en formation. Nos étudiantes sont les lundis, mardis et  les mercredis matins dans une école, sur un poste vacant et les mercredis après-midi et jeudis au CFP Neher. Les vendredis matins, elles terminent leur Master 2 MEEF  à l’ESPE (École supérieure du professorat et de l’enseignement) de Paris.

Un bilan est effectué en janvier. En cas de difficultés importantes, mise en place d’un dispositif d’aide pour arriver à la titularisation en juin 2017.

En juin, un jury d’inspecteurs valide, ou non, la titularisation du PES (Professeur des Ecoles Stagiaire)  ou  décide d’une prolongation, ou cas extrême de la perte du bénéfice du concours.

Cette année est ponctuée par des visites formatives régulières constituent une aide et un soutien. C’est une année de transition ou le PES est à la fois élève et enseignant. Il faut se mettre à la portée de l’enfant et s’adapter à la diversité de la classe. Enseigner est une remise en question régulière de ses pratiques.

Pour la progression des élèves, il est primordial que le PES fasse une liaison régulière avec l’autre enseignant qui assure l’autre mi-temps de la classe.

Pour conclure prenons comme devise : « l’éducateur fait son miel de toutes ses expériences ».

France NAHUM-MOATTY