Séminaire de l’INALCO

Un séminaire d’été pour les professeurs d’hébreu de l’enseignement privé sous contrat

Lorsque s’achève une année scolaire, un professeur « normalement constitué » ne rêve que d’une chose : d’être en vacances. Mais malgré la fatigue de la fin d’année, un groupe de vingt professeurs d’hébreu travaillant dans les collèges et lycées privés sous contrat d’Ile de France (plus une collègue de Lyon) en ont décidé autrement. Désireux de s’investir dans leur propre formation, ils ont suivi, du 1er au 5 juillet, un séminaire consacré à la didactique des langues appliquée à l’hébreu. Le séminaire

s’est tenu à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) à Paris, qui comprend le plus grand département d’études hébraïques et juives de France. Le programme du séminaire a été conçu par l’Inspection pédagogique régionale de l’Académie de Versailles et l’INALCO. Le Campus FSJU, en a assuré le financement.

Une journée entière consacrée à la différenciation a ouvert le séminaire. Marie-Christine Despas, professeure agrégée d’allemand et formatrice de l’Académie de Versailles, et Naomi Fink, professeure agrégée d’hébreu au collège-lycée Charlemagne à Paris, ont animé la journée en binôme. Un brainstorming sur la différenciation a permis de conclure que celle-ci est un outil incontournable pour mener tous les élèves vers le succès. Après avoir discuté à propos de plusieurs pistes de travail, les stagiaires ont travaillé en ateliers sur un dossier documentaire traitant de la thématique des rapports en Juifs et Arabes dans le football. Cette thématique et ces documents sont susceptibles de servir à la mise en œuvre du nouveau programme de langues vivantes en classe de seconde, en lien avec l’axe « sport et société ». Les propositions de projets différenciés ont été très riches : « Élaborer une interview avec trois journalistes de différentes origines et le Président d’Israël » ; « Concevoir un slogan et une pancarte pour un club sportif » ; « Élaborer le règlement intérieur d’une équipe de football idéale, regroupant des joueurs de différentes origines. » Ou encore : « L’entraineur doit choisir son équipe judéo-arabe. Les candidats doivent écrire une lettre de motivation pour cette équipe tout particulièrement. ». Un autre projet consistait à choisir le nom de l’équipe à l’issue d’un vote, en faisant appel à l’argumentation.

Le jour suivant, consacré à l’oral en cours de langue, Bruno Rijobert, professeur certifié d’espagnol dans l’académie de Versailles et spécialiste de l’enseignement de l’espagnol et de l’hébreu, a traité de l’entrainement à l’oral et de l’évaluation de l’oral avec les descripteurs du CECRL en illustrant son propos par une séquence sur la ville de Beer Sheva. L’après-midi, Ravit Dekel, Directrice du programme VTS (Visual Thinking Strategies), Israël, a montré magistralement comment l’iconographie, et notamment les œuvres d’art, peuvent servir de déclencheur de parole et aider à développer des compétences cognitives, discursives et langagières.

Rinat Sela Tsal, lectrice à l’INALCO, et spécialiste de l’enseignement de l’hébreu aux adultes, a mené une réflexion sur le poids de l’enseignement du lexique en langues et a proposé plusieurs techniques de travail. Il-Il Malibert, professeure de linguistique hébraïque à l’INALCO, a posé des questions fondamentales sur la place, souvent négligée, de la phonologie dans les cours de langue, et la manière de l’enseigner. Pour clore le séminaire, Sébastien Georges, responsable adjoint du département évaluation et certification au CIEP, a montré toute la difficulté de la définition d’un seuil de niveau de compétence et sa traduction en une évaluation.

S’il convient de saluer toutes les interventions, jugées unanimement de très haut niveau par les stagiaires, il n’est pas moins important de souligner la bonne volonté et l’esprit collégial des participants, qui se sont pleinement impliqués dans cette formation. Nous avons senti tout au long de ce stage une certaine euphorie à la découverte du travail collectif et du plaisir d’échanger et de produire ensemble. Sans aucun doute, cette expérience est à renouveler.

Yaël Dagan

IA-IPR de Langues vivantes, spécialité hébreu

Académie de Versailles