Dans cette édition, nous vous invitons à mieux connaitre Robert Derai, responsable des programmes d’enseignement juif au sein du Campus FSJU depuis près de 2 ans.

Ce Marseillais d’origine a, tout au long de son parcours, baigné dans l’univers de l’animation et de la pédagogie. Après être passé par différents mouvements de jeunesse, il étudie 4 ans en Yeshiva, passe un diplôme d’éducateur spécialisé et obtient une maîtrise d’Hébreu moderne.

Puis il prépare une licence et une maîtrise en Sciences de l’éducation au cours de laquelle il collabore avec Philippe Meirieu.

Après avoir enseigné le Kodesh pendant plusieurs années, Prosper Elkouby (ancien directeur de l’Institut André et Rina Neher de 1993 à 1999) lui propose de partir suivre, en Israël, une formation de formateur et de directeur d’école au sein de la fondation Melton et de la yeshiva Or saméa’h pendant 2 ans.

A son retour en France, il développe la fonction de conseiller pédagogique de Kodesh et devient conseiller « volant » en assurant ses fonctions dans différentes écoles de la région parisienne.

Dans les années 2000, la découverte de la méthode Feuerstein bouleverse sa façon d’enseigner, de conseiller et de former les enseignants et par là même sa manière de travailler.

De même, il se passionne pour le jeu en tant qu’outil de liaison entre l’éducation informelle et l’école ; il crée ainsi plusieurs outils pédagogiques au service des professeurs.

En 2007, Robert intègre le premier service de conseil pédagogique créé par la Direction de l’Action scolaire du FSJU pour accompagner, à la carte, les directeurs et les enseignants dans leurs orientations.

En 2011, il devient le premier directeur du Collège Beth Hillel de Levallois.

Aujourd’hui, son objectif est de proposer des formations sur mesure pour les enseignants de Kodesh en France, et un projet ambitieux de formation de formateurs est en préparation pour la rentrée 2016.

Une autre de ses priorités, est de continuer à développer, intensifier les connaissances pédagogiques des professeurs de Kodesh du programme Hé, à travers des formations transversales innovantes comprenant des modules originaux comme la pratique théâtrale au service de l’enseignement, la méthode de médiation Feuerstein adaptée à l’enseignement, la pédagogie différenciée selon le profil de chaque élève…

Les inscriptions au programme Hé pour 2016/2017 viennent de démarrer (les séances se déroulent tous les mercredis après-midi de l’année scolaire sur 2 ans), alors n’hésitez pas à contacter Robert Derai r.derai@campusfsju.org ou 01.42.03.00.44 pour plus de renseignements.

 

Héloïse ALLALI

Dans le cadre de la préparation du concours de professeurs des écoles, le dossier à fournir est constitué entre autres d’un brevet de natation de 50m et d’une attestation de formation aux premiers secours.

Généralement les étudiants passent ces deux épreuves individuellement soit pour leur inscription dans notre CFP, soit au cours de l’année, de manière à être en leur possession, au plus tard pour le passage des épreuves écrites qui ont lieu au mois d’avril.

Suite à la demande de nos étudiantes, nous avions l’habitude de les orienter vers le MDA (Maguen David Adom), car la Croix Rouge organise ses sessions généralement le samedi. Cette année, nous avons signé un partenariat avec le MDA pour faciliter cette formation à tous nos étudiants qui souhaitent y participer.

Cet organisme est homologué pour délivrer cette certification. Le CFP prend à sa charge les frais de formation de ses étudiantes.

Des personnes inscrites sur Marseille à la préparation du second concours interne se sont également jointes au groupe lors de la formation du dimanche 10 janvier 2016.

Dans le cadre de la formation continue des enseignants, pour les établissements qui sont adhérents au CFP Neher, des formations pourront ainsi être mise en place. Ceci pour répondre aux nouvelles exigences du Ministère de l’Education Nationale qui prévoit la formation de tous ses enseignants, or ceux des promotions précédentes ne sont bien souvent pas formés sur ce plan.

Cette formation aussi peut s’adresser à tout  parent, apprendre aussi bien à utiliser un défibrillateur, qu’à venir en aide à son voisin : des gestes qui peuvent sauver.

Pour toute demande dans ce sens merci de vous adresser à

France NAHUM MOATTY au  01.42.03.97.51

images

Le Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur est un diplôme non professionnel qui débouche sur une pratique occasionnelle de l’animation dans le cadre d’un engagement social et citoyen. Il a pour finalité de développer une mission éducative temporaire en accueils collectifs de mineurs (séjours de vacances, accueils de loisirs, scoutisme…). Il permet de s’engager volontairement en tant qu’animateur dans des Accueils collectifs de mineurs (accueils de loisirs, séjours de vacances, accueils périscolaires…).

Quels atouts avec le BAFA ?

Le diplôme du BAFA est  surtout un atout pour votre CV en terme d’expérience du travail en équipe, de prise de responsabilité, de travail sur le leadership, de prise d’intitiative, de gestion de projet, etc.

Le BAFA peut s’avérer également être déterminant pour accéder à certaines formations du secteur social, notamment celui de la petite enfance.

Sur le plan du développement personnel, la formation BAFA apporte énormément à ses candidats puisqu’on y développe ses compétences, on en acquiert de nouvelles, on y apprend à s’auto-evaluer, on se confronte à l’avis et au regard des autres, on doit se surpasser…

Comment obtenir le BAFA ?

Dès l’âge de 17 ans, vous pouvez passer votre BAFA dans toute la France. Cette formation est composée de trois stages alternant formations théoriques et  pratiques et s’articulant comme suit :

1er stage, la formation générale : 8 jours de formation pour aborder le rôle et les missions de l’animateur (connaissance de l’enfant, réglementation d’un ACM (accueil collectif de mineur), pédagogie du jeu et de l’activité…) , le tout par le biais de méthodes interactives (mises en situation, études de cas, jeux de rôles…).

2ème stage, le stage pratique : 14 jours de pratique dans le cadre d’un stage à réaliser au sein d’une structure d’animation. La recherche du stage est à l’initiative du stagiaire. En revanche, l’OFAC s’engage à accompagner les stagiaires  qui le souhaitent dans leur  recherche.

3ème stage, Stage d’approfondissement ou de qualification : Entre 6 et 8 jours de formation dont l’objectif est d’analyser votre expérience pratique, de répondre aux problèmes rencontrés sur le terrain, de revenir sur les notions de base de l’animation si besoin, et de se spécialiser dans un domaine en particulier (assistant sanitaire, canoë-kayak, petite enfance…).

Pour s’informer ou s’inscrire //ofac-france.org/inscriptions

L’OFAC est lié au Campus FSJU par une convention de partenariat

bafa

Savoir n’est pas savoir-faire, ni savoir être. L’intention ne suffit pas dans la formation de l’homme.
Ce n’est pas parce que l’on sait lire un mode d’emploi que l’on saura utiliser un appareil électronique complexe. Cela nécessite un essai, une expérimentation pratique des manœuvres à opérer, des gestes à effectuer. Cela nécessite de la réflexion et de la manipulation pour éviter l’approche intuitive qui avance de manière chaotique par essais-erreurs. Ce n’est pas parce qu’on a lu un livre de « morale » – le terme redevient à la mode – que l’on sait automatiquement se comporter. Il faut, ici aussi, expérimenter, vivre puis analyser une mise en situation pour être en mesure de progresser. Non pas parce que l’on ne sait pas quoi faire, ni comment faire. L’attitude induite par notre éducation ou à contrario par nos carences éducatives et culturelles n’est pas forcément la plus souhaitable, la plus positive. Il faut parfois s’apercevoir que l’on se trompe ou que l’on fait mal pour se corriger. L’erreur n’est pas un échec, mais un levier de progression lorsqu’on l’on sait l’utiliser.
La formation s’inscrit dans le travail sur le savoir-faire et le savoir être en s’appuyant sur le savoir.
Si le savoir savant est indispensable, si l’Université et la recherche sont fondamentaux, ils ne peuvent suffire au changement des compétences et des comportements. Ceux-ci doivent être abordés et expérimentés dans le cadre de la formation professionnelle ou personnelle.
C’est dans cet esprit que le Campus conçoit et construit l’ensemble des formations qu’il propose, dont celles que vous retrouverez dans cette lettre.
Si vous ne l’avez pas encore fait, n’hésitez pas à venir nous rejoindre pour une formation ou une activité de sensibilisation à une problématique liée à votre secteur professionnel. C’est bien souvent la première étape du changement positif.
A bientôt au Campus FSJU…

Patrick Petit Ohayon